EDITO DU 29 JUIN 2021

29 juin 2021


Chère Madame, Cher Monsieur,

Le 27 juin dernier se sont tenues les élections régionales et départementales. A l'issue de ce scrutin important pour notre vie quotidienne et nos territoires, je tiens à vous livrer en quelques lignes mon analyse et mon sentiment.

Premier constat : le taux d'abstention historique (65,7%) m'a interpellée par son ampleur. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Je vous en exposerai deux. Tout d'abord, le peu d'explications dans le débat public des enjeux liés à ce scrutin traditionnellement peu mobilisateur (formation professionnelle, transports, développement économique...) et une distribution catastrophique de la propagande électorale. Deuxièmement, une tendance exponentielle de nos concitoyens, au cours des dernières années, à dénoncer l'inanité de la politique. L'abstention est devenue une forme de force politique dans notre pays. C'est une situation qui doit alerter tous les responsables politiques auxquels revient la responsabilité de s'interroger sur les raisons de cet état de fait. Second constat : après les municipales et les sénatoriales, la droite – avec 7 régions conservées sur les 12 –, a apporté la preuve de sa capacité à gérer et de sa connaissance profonde des territoires. Ceux qui nous avaient annoncé un duel joué d'avance entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont été désavoués en l'espace de 8 jours. Ce scrutin des régionales aura donc réoxygéné le débat public. Il a fait réapparaître le clivage gauche-droite, dont, vous le savez, je n'ai jamais considéré qu'il avait disparu. Les idées de la droite sont majoritaires en France, qu'il s'agisse des questions régaliennes, de la culture, de l'éducation ou de la famille. Je félicite les 7 présidents de droite et du centre qui ont conservé leurs régions, avec une mention spéciale pour Valérie Pécresse qui a gagné face à une gauche sectaire et déterminée. Je me réjouis également que la droite et le centre aient remporté 64 départements sur 96. Premier candidat de droite à se préparer et à exprimer son envie de mener le combat pour la présidentielle, Xavier Bertrand s'est imposé brillamment dans les Hauts-de-France, et par conséquent au niveau national, comme l'alternative au duel annoncé et soi-disant imparable entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Oui, la droite est bien majoritaire en France. La course à la présidence démarre dès aujourd'hui.

Bien chaleureusement, Céline Boulay-Espéronnier